Gouvernance

Renouvellement des Commissions sectorielles

Notre travail est rendu possible grâce à la contribution de nos trois Commissions sectorielles sur 1) l’éducation, 2) les sciences naturelles, sociales et humaines, et 3) la culture, la communication et l’information. Ces entités, composées de membres de la CCUNESCO possédant une expertise dans le domaine constituent une large part de notre capital intellectuel. Les Commissions sectorielles travaillent avec l’ensemble de nos membres en vue de formuler des recommandations sur les programmes de l’UNESCO, de développer et de renforcer nos réseaux, et de transmettre les connaissances et les conseils de nos membres sur les enjeux d’aujourd’hui, plus particulièrement aux gouvernements. Nos Commissions sectorielles permettent aux Canadiens de s’engager plus à fond dans nos activités et favorisent le dialogue entre les secteurs, les générations et les cultures.

Afin d’améliorer encore l’efficacité de nos Commissions sectorielles, nous avons entrepris de revoir leur mission, leur structure et leurs activités en 2016-2017. Cet examen avait pour but de repenser nos méthodes de mobilisation et de mieux guider les efforts de la CCUNESCO dans un monde en évolution. Un comité de travail a formulé des recommandations pratiques (par exemple des plans de travail, des groupes de travail, des lignes directrices concernant les membres, la composition) conçues pour améliorer la pertinence de ces organismes tout en veillant à ce que leurs activités soient accomplies conformément au Programme de développement durable à l’horizon 2030 et au Plan stratégique de la CCUNESCO. Ces recommandations servent aussi à harmoniser les activités des Commissions sectorielles avec nos grandes priorités que sont la réconciliation et la mobilisation des jeunes.

Renouvellement des Comités consultatifs

Comité consultatif canadien de la Mémoire du monde (MOW)

Établi en 1992, le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO inscrit le patrimoine documentaire qui présente un intérêt universel, comme les archives de Louis Pasteur. Le programme contribue à faire en sorte que le patrimoine inscrit au Registre de la Mémoire du monde sera conservé pour les générations futures en sensibilisant les gouvernements, les organisations et le grand public à son importance. À ce jour, le Canada compte quatre inscriptions au Registre international de la Mémoire du monde, notamment les archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson, qui sont conservées dans les Archives du Manitoba.

En 2016-2017, la CCUNESCO a inauguré le Registre de la Mémoire du monde du Canada et notre Comité exécutif a approuvé un mandat officiel pour le Comité consultatif canadien de la Mémoire du monde. Ce mandat vient renforcer la raison d’être du Comité consistant à conseiller la CCUNESCO au sujet du patrimoine documentaire et à encadrer le programme de la Mémoire du monde au Canada. Le Comité veillera à ce que le patrimoine documentaire canadien significatif soit considéré en vue de l’inclusion dans le Registre international de la Mémoire du monde ainsi que dans le Registre de la Mémoire du monde du Canada. Il promouvra le programme Mémoire du monde au Canada et coordonnera les propositions canadiennes pour les deux registres.



Comité consultatif de la CCMCRD

Lancée en 2005 en réponse à l’appel de l’UNESCO pour la création d’une coalition internationale de villes contre le racisme et la discrimination, la Coalition canadienne des municipalités contre le racisme et la discrimination (CCMCRD) appuie les municipalités canadiennes dans leurs efforts pour aborder ces défis au niveau local, là où les individus sont le plus touchés. Les municipalités signataires développent un Plan d’action, mettent en oeuvre des stratégies axées sur la diversité, et consultent le Guide pratique de la CCMCRD qui présente des pratiques exemplaires utilisées aux quatre coins du pays. Plus de 70 municipalités de partout au Canada, y compris toutes les grandes villes et la capitale nationale ainsi que les capitales provinciales et territoriales, se sont jointes au réseau de la CCMCRD.

Bon nombre de municipalités signataires et leurs partenaires souhaiteraient voir le rôle de la CCMCRD dans la lutte contre la discrimination et les efforts en vue de la réconciliation prendre plus d’ampleur. En réponse, le Comité exécutif de la CCUNESCO a approuvé la création d’un Comité consultatif de la CCMCRD en 2016. Le recrutement pour ce projet pilote d’une durée de deux ans est maintenant terminé, et le nouveau comité, qui est formé d’élus et de conseillers municipaux, commencera à conseiller la CCUNESCO sur les moyens de renforcer le réseau à tous les niveaux et d’évaluer l’orientation générale de la CCMCRD. Le Comité repérera aussi les pratiques exemplaires, les lacunes et les nouveaux enjeux (par exemple la cyberintimidation), et conseillera la CCUNESCO sur la mise en oeuvre des recommandations adoptées par le Comité directeur de la Coalition internationale des villes inclusives et durables (ICCAR).



Comité canadien pour le Programme sur l’Homme et la biosphère (CC-MAB)

Créé en 1971, le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO délimite des régions qui présentent une valeur particulière sur le plan écologique et les désigne à titre de réserves de la biosphère (RB) de l’UNESCO en vue de concilier la santé de ces écologies avec les besoins des populations qui les habitent. Le Canada participe au programme avec l’aide du Comité canadien pour le Programme sur l’Homme et la biosphère (CC-MAB), qui mise sur la recherche interdisciplinaire, le partage des connaissances et le dialogue entre les parties prenantes, pour appuyer le développement durable et la mobilisation communautaire au Canada. Le CC-MAB, composé de scientifiques, de spécialistes du développement durable et de gardiens du savoir ainsi que de représentants de réserves de la biosphère et de communautés autochtones, a été mis sur pied en 2010. Il promeut le concept de réserve de la biosphère au Canada et assure la liaison entre les nombreux organismes et particuliers qui participent au programme. Le CC-MAB a mis à jour son mandat l’année dernière, et a entrepris le renouvellement de son effectif, en lançant un appel de candidatures destiné aux membres et aux réseaux de la CCUNESCO. Ce processus s’est déroulé de façon rigoureuse et transparente, et les nouveaux membres sont en place et prêts à établir l’ordre de priorité du mandat renouvelé du CC-MAB.

L’une des principales tâches du Comité CC-MAB consiste à conseiller la CCUNESCO sur l’examen périodique. En effet, chaque réserve de la biosphère fait l’objet d’un examen tous les 10 ans afin de s’assurer qu’elle respecte le Cadre statutaire du Réseau mondial des réserves de la biosphère. Trois réserves de la biosphère au Canada (Fundy, N.-B., Frontenac Arch, en Ontario et Manicouagan-Uapishka, au Québec) ont fait l’objet d’un examen en 2016-2017 par des évaluateurs indépendants recrutés par la CCUNESCO, qui a joué un rôle consultatif durant le processus.



Comité national canadien pour les Géoparcs

En 2017, le Comité national canadien pour les Géoparcs (CNCG) est devenu un comité consultatif permanent de la CCUNESCO. Les géoparcs sont des territoires qui revêtent une importance géologique internationale. Ils favorisent le rapprochement des communautés grâce à la préservation et à des pratiques de développement durable.

Au cours des prochaines années, le CNCG va collaborer avec la CCUNESCO afin d’évaluer et de mettre en nomination plusieurs sites au Canada qui sont des candidats pour devenir des géoparcs. On compte présentement deux Géoparcs mondiaux UNESCO au Canada : Tumbler Ridge Global Geopark (C.-B.) et Stonehammer UNESCO Global Geopark (N.-B.). En novembre 2016, la CCUNESCO a proposé la candidature de Percé (QC) à l’UNESCO. Le CNCG suit actuellement l’évolution de dix autres projets de géoparcs potentiels à travers le pays.